Les questions des conditions de travail étant au coeur de nos préoccupations quotidiennes, la Fédération banques de la CFDT a signé, en décembre 2006, concomitamment à l'accord de branche sur les règles minimales de sécurité, un accord en réaction au phénomène de plus en plus marqué d'incivilités et de violences émanant de la clientèle.

Les Partenaires sociaux de la branche sont particulièrement préoccupés par l’augmentation du nombre des incivilités et violences dont sont victimes les salariés des banques de la part de la clientèle. Ces incivilités et violences entraînent une dégradation des conditions de travail des salariés, en particulier de ceux qui sont en relation quotidienne avec le public. Ces incivilités et violences peuvent en outre avoir des conséquences graves sur l’intégrité physique et psychique des salariés qui en sont victimes. Les Partenaires sociaux sont conscients que ce phénomène est largement en relation avec une dégradation des comportements qui affecte l’ensemble de la Société. Ils considèrent cependant qu’il est important que la profession joue pleinement son rôle pour mesurer et contribuer à réduire l’importance de ce phénomène. Un séminaire a été organisé le 5 décembre 2003 afin de recenser les travaux, recherches et actions menés dans des entreprises de secteurs différents, d’analyser avec la participation de spécialistes les causes externes ou environnementales de ces agressions et incivilités avec les conséquences sur la santé des salariés, et enfin de voir dans quelle mesure ce phénomène dont l’ampleur dépasse largement l’entreprise pouvait être pris en charge de manière efficace. L’organisation de ce séminaire, auquel ont été conviées les entreprises, a permis une prise de conscience du phénomène, la poursuite de la réflexion en entreprise, et a parfois suggéré la mise en place de procédures. C’est dans la continuité que s’inscrit aujourd’hui la démarche des Partenaires sociaux de la branche qui, au-delà des mesures déjà prises par les entreprises (publication des tarifs, traitement des réclamations, médiation ainsi que formation à l'accueil...), vise : 1) A établir un diagnostic, 2) A identifier des mesures de prévention, 3) A préconiser des mesures de suivi pour les victimes. Lisez l’intégralité du texte dans le fichier joint.