COMPTE EPARGNE TEMPS

 

ACCORD DE REVISION NUMERO 2 REPRENANT L’INTEGRALITE DES DISPOSITIONS

Signé par la CFDT - 20 avril 2017 - ci dessous intégralité de l'accord

PREAMBULE

L’accord du 4 juillet 2001 relatif à la mise en place du compte épargne temps au Crédit du Nord et son avenant du 21 octobre 2004 ont été mis en conformité avec la loi du 31 mars 2005 par un avenant du 12 décembre 2013.

 

La révision du règlement du PERCO du Crédit du Nord en 2017 ouvrant la possibilité de  transférer des jours épargnés sur le CET vers le PERCO a rendu nécessaire une nouvelle révision de l’accord relatif à la mise en place du Compte Epargne Temps au Crédit du Nord et de ses différents avenants.

 

Il est apparu à la Direction et aux Organisations syndicales représentatives au sein du Crédit du Nord qu’il était opportun de profiter de cette révision pour simplifier un certain nombre de règles d’alimentation et d’utilisation du Compte Epargne Temps.

 

C’est dans ce contexte que la Direction et les Organisations Syndicales représentatives au sein du Crédit du Nord se sont réunies afin de convenir de la révision de l’accord relatif à la mise en place du Compte Epargne Temps (CET) conclu le 4 juillet 2001 et de ses avenants dans les termes suivants.

 

Article 1.                   Bénéficiaires

 

Tous les salariés titulaires d’un contrat à durée indéterminée entrant dans le champ d’application de l’accord relatif à la réduction du temps de travail et à son aménagement signé le 26 octobre 2000, peuvent ouvrir un compte épargne temps à compter du 1er jour du mois suivant la date à laquelle ils cumulent 6 mois d'ancienneté au Crédit du Nord dans une ou plusieurs entreprises du groupe sous réserve que cette ancienneté résulte de contrats successifs continus. La demande d'ouverture du CET doit être effectuée par écrit auprès de la DRH de rattachement.

 

Article 2.                   Alimentation du compte épargne temps

 

L’épargne accumulée dans le CET est exprimée en jours standards temps plein. La conversion éventuelle est réalisée lors de l’affectation au CET.

 

2.1 Nature des droits acquis épargnables

 

Tout salarié remplissant les conditions définies à l'article 1 peut épargner dans le compte épargne temps les jours suivants :

  • les jours acquis au titre des congés annuels excédant la 4ème semaine de congés payés,

  • les jours de fractionnement

  • les jours de repos RTT « salariés »

  • Les jours de congés acquis au titre de la réduction du temps de travail supplémentaire au bénéfice des collaborateurs de la BAD dont l’horaire de fin de journée est postérieur à 18h30.

     

Tout salarié désirant épargner une partie de ses jours de congé ou de repos devra adresser sa demande par écrit à la DRH de la direction centrale ou de la région concernée au plus tard le 5ème jour du dernier mois de la période d’utilisation.

 

2.2 Plafonds des droits acquis

          2.2.1 Plafond annuel des droits épargnables

Le nombre total de jours épargnables au cours d’une année civile ne peut pas excéder 10 jours ouvrés.

          2.2.2 Plafond global en Euros des droits épargnés

La valeur globale des droits épargnés par un collaborateur sur le Compte Epargne Temps ne doit pas dépasser le plafond défini par l’article D. 3154-1 du Code du Travail[1]. Au-delà de ce plafond, les droits donneront lieu :

  • à une contrepartie financière assujettie aux cotisations sociales et imposables ;

  • ou, si le collaborateur en fait la demande expresse, à un transfert vers le PERCO[2].

 

Article 3.                   Abondement de l’épargne temps

 

Les salariés annonçant leur départ à la retraite par anticipation, à savoir dans un délai supérieur au préavis usuel de 3 mois, peuvent bénéficier d’un crédit d’abondement spécifique.

Le barème est défini comme suit :

Durée du préavis

Abondement complémentaire

6 mois

2 jours

9 mois

4 jours

12 mois

7 jours

15 mois

8 jours

18 mois

10 jours

21 mois

11 jours

24 mois

13 jours

 

Les jours attachés à ce dispositif seront définitivement acquis à la date de départ en retraite mais sont toutefois crédités par anticipation sur le CET au titre de l’année en cours.

 

Article 4.                   Utilisation du compte épargne temps

 

4.1 Utilisation du compte épargne temps pour indemniser un congé

          4.1.1 Règles générales

L’épargne constituée peut être utilisée par le salarié pour indemniser en tout ou partie :

  • Un congé sans solde pour raisons familiales ou convenance personnelle tel que : 

    • Congé sans solde,

    • Congé parental d’éducation,

    • Congé sabbatique,

    • Congé de proche aidant,

    • etc.

     

  • Un congé à vocation humanitaire ou pour raisons professionnelles :

    • Congé de solidarité internationale,

    • Congé pour création d’entreprise.

     

  • Un congé de fin de carrière avant départ à la retraite

     

  • Un temps partiel de fin de carrière tel que défini à l’article 2.3 du règlement sur le temps partiel.

     

  • Un temps partiel aidé à 80% tel que défini à l’article 4.5.2 de l’accord intergénérationnel du 18 janvier 2017.

 

La durée minimale du congé est fixée à 20 jours ouvrés consécutifs pour un temps plein.

Le congé de fin de carrière n’est toutefois soumis à aucune durée minimale.

 

Le congé doit être sollicité par écrit auprès de la DRH de rattachement avec un préavis minimum de trois mois avant la date souhaitée pour le début du congé. Ce délai de préavis peut toutefois être réduit en accord avec la hiérarchie. La réponse de l’Employeur intervient au plus tard un mois après la réception de la demande. L’employeur est en droit de refuser la demande de prise du congé à la date souhaitée. Il doit dans ce cas motiver sa décision par écrit et préciser dans sa réponse la date à partir de laquelle le congé pourra être pris, cette date ne pouvant être différée de plus de 3 mois par rapport à la date initialement demandée par le salarié.

 

Le congé, pris dans le cadre du compte épargne temps, ne constitue pas une période de travail effectif. Il est néanmoins convenu entre les parties qu’il est assimilé à du temps de travail effectif en matière d’acquisition de droits à congé annuel et à jours de repos RTT « salarié ».

 

A titre dérogatoire, ces congés sont comptabilisés dans l'ancienneté pour l'attribution des avantages liés à l'ancienneté.

 

Pour toute absence excédant une durée équivalente à deux mois calendaires consécutifs, le salarié retrouve à son retour de congé « CET », son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d’une rémunération au moins équivalente.

Pour toute absence ne dépassant pas cette durée, le salarié dispose de la faculté de retrouver, à l’issue du congé, son précédent emploi.

 

          4.1.2 Situations particulières

  • Utilisation du compte épargne temps pour indemniser un congé annuel par anticipation dans le cadre d’une reprise d’activité après un arrêt de maladie de longue durée

En cas de reprise d’activité après un arrêt maladie de longue durée, le salarié aura la possibilité d’utiliser tout ou partie de l’épargne constituée pour indemniser une prise de congé annuel par anticipation. L’épargne utilisée ne pourra être supérieure à la totalité des droits à congé annuel payé pouvant être acquis au titre de la période de référence dans laquelle interviendra la reprise d’activité.

 

  • Utilisation du compte épargne temps pour indemniser un congé pour événement familial grave

En cas d’événement familial grave, le compte épargne temps pourra être utilisé pour indemniser des congés pour convenances personnelles de courte durée. Cette possibilité ne sera ouverte qu’à titre exceptionnel et après examen de la situation familiale par la Direction des Ressources Humaines de rattachement.

 

  • Utilisation du compte épargne temps pour compenser une prise excédentaire de jours de repos RTT.

    En cas d’absence ou de départ en cours d’année, l’épargne constituée pourra être utilisée par le salarié pour compenser en tout ou partie les jours de repos pris en excédent des droits à jours de repos RTT proratés. Cette imputation sur les jours épargnés devra faire l’objet d’une demande écrite du salarié à sa DRH de rattachement.

 

4.2 Utilisation du compte épargne temps sous forme monétaire

          4.2.1 Utilisation en vue de se constituer une épargne retraite

Les salariés qui le souhaitent peuvent transférer sur le PERCO tout ou partie des jours épargnés sur leur Compte Epargne Temps, à l’exception de la 5ème semaine de congés annuels, dans une limite de 10 jours ouvrés par an.

Les jours issus de l’abondement accordé par l’employeur ne sont pas considérés comme des jours épargnés.

 

Les jours transférés seront valorisés selon les mêmes modalités que pour le calcul de l’indemnité prévue à l’article 5 « Modalités d’indemnisation » du présent accord.

Le montant correspondant à ces jours transférés, déduction faite des cotisations afférentes, sera investi dans le fonds « Etoile Sélection Monétaire » du PERCO.

 

Les sommes ainsi transférées pourront bénéficier le cas échéant d’un abondement de l’employeur selon les modalités définies dans le règlement du PERCO.

          4.2.2 Utilisation en vue de se constituer un complément de rémunération pour convenances personnelles

 

La monétisation effectuée dans ce cadre concerne uniquement l’épargne constituée par affectation dans le CET de jours de RTT « salarié » et/ou de jours de fractionnement et/ou des jours de congés payés pour leur part excédant la 5ème semaine de congés annuels et/ou les jours issus de l’abondement accordé par l’employeur.

 

Il ne peut être procédé qu’à une seule opération de monétisation pour convenances personnelles par an, sauf hypothèses visées à l’article 4.2.3 ci-dessous.

          4.2.3 Utilisation du CET en vue de se constituer un complément de rémunération pour raisons familiales

 

Le salarié peut recourir à la monétisation de l’épargne temps qu’il s’est constituée pour les raisons familiales suivantes :

  • Divorce

  • Invalidité du salarié ou de son conjoint,

  • Invalidité / Handicap d’un enfant du salarié,

  • Décès du conjoint du salarié,

  • Chômage du conjoint.

 

Cette demande peut concerner tout ou partie de l’épargne capitalisée.

 

Dans les cas d’utilisation du Compte Epargne Temps sous forme monétaire listés ci-dessus (article 4.2.1 à 4.2.3), les salariés souhaitant renoncer à leur épargne doivent adresser leur demande à leur DRH de rattachement au moyen du formulaire publié dans Biblioged sous l’intitulé « Demande de conversion en paiement de l’épargne investie dans le compte épargne temps ».

          4.2.4 Renonciation au CET en cas de rupture du contrat de travail ou de décès du salarié 

En cas de rupture du contrat de travail ou de décès du salarié le déblocage de l’épargne constituée est automatique. Il concerne l’ensemble de l’épargne capitalisée. 

 

Cette disposition ne concerne pas la cessation du contrat de travail dans le cadre d’un départ à la retraite ou d’une mise à la retraite. Dans ce cas, l’épargne accumulée doit être utilisée, sauf exception, sous forme de jours de repos avant le départ à la retraite.

 

Article 5.                   Modalités d’indemnisation

 

5.1 Indemnisation dans le cas d’une prise de congé

L’indemnité versée pendant le congé est assimilée à la rémunération qu’aurait perçue le salarié s’il avait travaillé.

 

L’indemnité est versée mensuellement. Elle est par ailleurs soumise aux cotisations sociales, lors de son versement, dans les mêmes conditions qu’une rémunération. Enfin, elle relève du régime fiscal de droit commun.

 

Lors de la prise du congé, l’épargne accumulée dans le CET et exprimée en jours standard temps plein est transposée au rythme de travail du salarié au moment du départ en congé.

 

5.2 Indemnisation dans le cas d’une utilisation sous forme monétaire

Dans tous les cas d’utilisation sous forme monétaire détaillés dans le paragraphe 4.2 du présent accord, le salarié ou ses ayants droits perçoivent une indemnité correspondant à la contre-valeur de l’ensemble des droits en temps épargnés (exprimés en jours standard temps plein), calculée sur la base de la rémunération contractuelle annuelle de base constatée au moment de la rupture du contrat de travail ou de la demande de monétisation, à l’exclusion de tous les autres éléments de rémunération et sous déduction des cotisations, contributions, taxes et impositions en vigueur à cette date.

 

Prix d’un jour épargné = Rémunération Contractuelle Annuelle / 252.

 

Article 6.                   Transfert des droits

 

En cas de transfert du contrat de travail au sein d’une entité du Groupe Crédit du Nord ou vers une société du Groupe Société Générale, il est procédé au transfert des droits liés au compte épargne temps en accord avec l’entreprise d’accueil et dans la mesure où celle-ci dispose d’un accord relatif au compte épargne temps. Dans le cas contraire, le salarié renonce à son compte épargne temps dans les conditions visées à l’article 4.2.2.

 

Article 7.                   Durée de l’accord

 

Le présent accord constituant un avenant de révision de l’accord du 4 juillet 2001, sa durée et ses modalités de révision ou de dénonciation relèvent des dispositions fixées par l’article 9 de l’accord précité.

 

Article 8.                   Publicité de l’accord

Le présent accord sera déposé en deux exemplaires dont un par voie électronique à la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi d’Ile-de-France (D.I.R.E.C.C.T.E) et en un exemplaire au secrétariat-greffe du Conseil de Prud’hommes de Paris.

 


[1] Soit 2 fois le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale. Au 1er janvier 2017, cela représente 78 456 €.

[2] La totalité des sommes transférées du CET vers le PERCO ne pouvant excéder la contre-valeur de 10 jours par an (conformément à l’article 4.2.1 du présent accord).

Image: