Dans cette tribune libre vous lirez le ras-le bol des salarié-e-s de la Banque Rhône-Alpes à l'instar de ceux de l'ensemble du Groupe Crédit du Nord. Quand les intérêts économiques de la SG s'opposent à ceux des salarié-e-s voire des résultats économiques A LONG TERME de ses filiales.

Salariés et cadres de la Banque Rhône-Alpes...réveillons-nous !!! Nous avons tous fait un rêve merveilleux : celui de trouver au sein d’une entreprise à taille humaine un avenir professionnel ! Nous avons travaillé dur, nous avons surmonté des crises, donné toutes nos forces dans la bataille économique, fait toujours plus ,d’année en année, pour soi-disant ne pas se laisser distancer par la concurrence. Nous avons voulu croire à notre rêve : trouver dans notre entreprise un juste équilibre social, professionnel et économique qui nous permette de nous épanouir. Mais que cachent les discours de nos dirigeants ? que dissimulent toujours et encore ces harangues de début d’année où comme tous les ans, on nous explique que cela sera ENCORE PLUS DUR, ENCORE PLUS DIFFICILE, mais que l’on sait pouvoir compter sur nous… Forces vives de la Banque Rhône-Alpes : réveillons-nous ! Il y a quelques semaines, la Société Générale annonçait 1 000 suppressions de postes sur trois ans, en France, avec probablement des fermetures d’agences. Comme toujours, le bon élève Banque Rhône-Alpes anticipe et prévoit de réaliser son propre objectif à trois ans : AVANT LA FIN 2013 !!! Comme d’habitude, il faudrait finir les campagnes commerciales avant qu’elles ne soient commencées (les équipes commerciales comprendront parfaitement de quoi il retourne !). Que penser de cette DRH qui a recruté depuis 5 ans des jeunes futurs diplômés, accompagnés dans leurs études en alternance, qui ont tenu le plus souvent des postes à caractère administratif pendant leur formation et qu’on jette dans les agences, sans accompagnement, ni suivi personnalisé d’acquisition de compétences ou de savoir-faire. commerciaux, sur des postes surdimensionnés et à la merci de « petits chefs » qui ne savent résister à la pression hiérarchique qu’en la faisant immédiatement redescendre à l’étage inférieur ? Que penser de cette DRH complètement dépassée, devenue l’exécutante des basses œuvres d’une Direction Générale probablement inquiète pour sa tranquillité et son avenir ? Cette DRH qui se renie dans son métier de formateur, vis-à-vis de ces recrues « rares », sensées incarner l’avenir de la Banque. Son principal rôle n’est-il pas d’assurer le suivi et l’accompagnement en formation de ces jeunes, sans complaisance, mais avec justice et discernement ? Au lieu de se fixer comme objectif principal de les accompagner VERS LA SORTIE ? Hommes et femmes de la Banque Rhône-Alpes : réveillons-nous ! Car pendant ce temps, alors que le mot de l’année est ECONOMIES, le Directoire organise la réunion du Conseil de Surveillance et de ses nombreux amis sous les ors d’un grand restaurateur de l’Ain en attendant probablement de renouveler le sponsoring du tournoi de boules annuel des Lyonnais de Saint-Tropez, à la mi-août ! Alors que faire lorsque le rêve tourne au cauchemar ? Continuer de se battre contre nos concurrents, donner de notre énergie pour réaliser les objectifs, et défendre nos marges, car on compte sur NOUS… Et surtout soyez sans crainte... car la Direction Générale prépare votre avenir ...! ...A très court terme….