Société Générale, Appel intersyndical

 

 

 

GREVE LE VENDREDI 5 DECEMBRE

Austérité, la direction persiste et signe !

Depuis quelques temps, le conseil d’administration débattait sur les salaires et la décision prise est celle que

Frédéric Oudéa a résumée dans un article de Liaison Sociale du 4 septembre :

« Les augmentations collectives, c’est fini ! ».

Les organisations syndicales ont mesuré les conséquences d’une telle annonce sur la situation de chaque salarié.

Face à l’enjeu que représentent cette rupture et ce choix politique assumé, revendiqué par notre PDG, les 5

organisations syndicales ont proposé à la direction des revendications communes.

Nous le savions, la position de la direction n’évoluerait pas du seul fait des propositions intersyndicales. Aussi

les représentants des 5 organisations syndicales sont allés à la rencontre de chaque salarié et leur ont proposé

de soutenir la démarche intersyndicale en signant une pétition.

A l’heure actuelle, 15.000 salariés, toutes zones géographiques confondues et quel que soit leur niveau hiérarchique

ont signé la pétition. Au-delà du nombre de signatures, les échanges avec l’ensemble des salariés ont démontré

une véritable inquiétude sur l’avenir de l’entreprise et un «ras le bol» de l’esprit collectif au service de quelques -uns.

Conscientes de cette situation, les organisations syndicales ont décidé, après la pétition, d’appeler à la grève

le 5 décembre pour inverser le rapport des forces et peser sur l’avenir du pacte social de notre entreprise.

Chacun peut comprendre qu’au-delà de la question des salaires, c’est tout le pacte social qui est remis en cause.

Qu’en sera-t-il des discussions sur l’avenir du réseau dans de telles conditions ? Idem pour l’évolution, structurelle

ou géographique, des services centraux ?

Réussir la grève du 5 décembre est une nécessité. Nous comptons sur l’engagement individuel de chaque salarié

au bénéfice de tous, l’esprit d’équipe véritable.
Si lors de la prochaine réunion, prévue le lundi 8 décembre, la direction n’a pas revu sa position, les 5 organisations

syndicales examineront alors la possibilité d’une nouvelle journée d’action le 24 décembre.

MOBILISATION GENERALE

Vendredi 5 décembre