Comuniqué de presse :

Communiqué de presse intersyndicale CFDT, CFTC, SNB/CGC

 Crédit-du-Nord.

 

Négociation annuelle sur les salaires, la colère gronde !

En novembre dernier lors de l’ouverture des NAO sur les salaires, l’intersyndicale unanime
des trois organisations syndicales représentatives -CFDT, CFTC, SNB/CFE-CGC- ont vivement
réagi à l’annonce qu’aucune mesure collective, ni en salaire, ni en prime même réservée aux
plus bas salaires, ne serait mise en place cette année pour reconnaître l’implication collective
des équipes. Cet état de fait était d’emblée non négociable car imposé par l’actionnaire unique
du groupe Crédit du Nord : la Société Générale.

 

Dans un contexte à la fois :

  • de très bons résultats économiques de la banque* (340 millions bénéfices, ROE 15%)
  • de transformation permanente de l’entreprise tant dans les fonctions supports ou de siège
    que dans le réseau commercial,
  • de développement important des situations de souffrance au travail générant chaque année
    d’avantage de « burn-out »,

 

les 3 organisations syndicales n’acceptent pas que pour la première fois de l’histoire de l’établissement
aucune mesure ne soit mise sur la table des négociations. Pourtant, chacune avec sa sensibilité, ces
premièresont su accompagner l’entreprise dans des négociations tachant d’équilibrer du mieux
possibles les enjeux de transformation qui s’imposent aujourd’hui aux banques et l’intérêt des
salariés (conditions de travail, mobilité choisie, absence de licenciement économique, reconnaissance
financière…). Les résultats notamment sur les conditions de travail ne sont pas encore satisfaisants
mais nous n’avons jamais refusé le dialogue social.

 

Mais aujourd’hui, la coupe est pleine, le déséquilibre est trop fort et surtout extrêmement inquiétant
pour l’avenir de l’entreprise dont le modèle atypique nécessite aussi des moyens ad hoc.

 

C’est pourquoi tout au long du mois de décembre, l’ensemble des élus du Crédit du Nord et la plupart
de ceux de ses filiales ont décidé de boycotter symboliquement les instances représentatives du
personnel laissant à deux reprises la Direction générale méditer sur ses choix contreproductifs au
Comité central d’entreprise et au Comité de groupe.

 

Les négociateurs patronaux n’ayant rien de neuf à proposer, les négociations sont dans l’impasse.

 

Les trois organisations syndicales ne s’interdisent pas, au delà du « blocage » symbolique des IRP
en décembre d’étendre leurs actions (pétition en cours, manifestations voire appel à la grève à venir…).

 

*sur les 10 dernières années le Crédit du Nord sur le marché de la banque de détail est la plus rentable de France.

Category: