Communiqué de presse CFDT-FO BQ Tarneaud

 

Le Groupe Crédit du Nord a annoncé la semaine dernière une énième réorganisation,
appelée "Projet Finances", envisageant la « compression » de 88 postes, au niveau national.

La Banque Tarneaud, en tant que filiale régionale du Groupe, se retrouve fortement impactée,
avec la suppression de 9 postes aux services financiers du Siège Social à Limoges, dont certains
seraient délocalisés au sein d'une filiale de la Société Générale (dont le Groupe Crédit du Nord dépend)
à Bucarest... 

La CFDT et FO expriment leur profonde inquiétude et leur désaccord face à ce projet de
réorganisation. Ce dernier s'inscrit dans la continuité d'une politique d'économie de frais
généraux se traduisant notamment par baisse annoncée de l’effectif de 1 à 2% par an et
une réduction drastique de la masse salariale menée depuis plusieurs années. Elle est
toutefois incompréhensible au regard des performances de la Banque et du Groupe. Par ailleurs,
depuis 2013, la Banque Tarneaud perçoit de l'Etat des sommes conséquentes versées au titre
du CICE, dont 700 000€ en 2015. Rappelons que cette mesure était normalement censée inciter
les entreprises à préserver les emplois... 

Comme si cela ne suffisait pas, une deuxième réorganisation est prévue, conjointement au Projet Finances.
Elle concerne le réseau d'agences de la Banque. Il est ainsi prévu des regroupements d'agences sous
l'égide d'un seul Directeur. Nous gardons en mémoire qu'une expérience de ce type a été menée sur 2
agences il y a 3 ans, et s'est soldée par la fermeture pure et simple de l'une des 2 agences l'année suivante.
Comment ne pas craindre de prochaines fermetures d'agences à l’image de la Société Générale qui a annoncé
en fermer 400?

Nous dénonçons ces politiques de destruction d'emploi au niveau local, et leurs conséquences sur les salariés,
sur les clients, mais aussi sur le tissu économique de la ville de Limoges. Ces deux projets devant être
présentés au Comité d'Entreprise lors de la réunion du 19 Novembre prochain, nous serons particulièrement
vigilents sur les explications données par la Direction et sur les possibilités de reclassements éventuels
offertes aux salariés concernés.