La CFDT a tout fait depuis octobre 2012 pour que les salariés bénéficient au moins d'un maintien de leur pouvoir d'achat collectif. Mais c'était sans compter sur cette Direction méprisante et à côté des réalités des travailleurs. Malgré une démarche intersyndicale des négociateurs nous ne sommes pas arrivés cette année, pour la seconde année consécutive, à la signature d'un accord sur les négociations salariales. Vous trouverez ci après les mesures décidées unilatéralement par La Direction Générale.

Ce que prévoit la mesure patronale unilatérale sur les salaires en 2013 S'étant refusée à se donner les moyens d'aboutir à un accord salarial, la Direction du Crédit du Nord s'est amusée à jouer au chat et à la souris avec les négociateurs croyant que sa suffisance conduirait ceux-ci à s'exécuter au diktat patronal. La CFDT a largement participé à une intersyndicale des négociateurs. Mais depuis deux ans, la CFDT ne peut rester seule pour mobiliser les salariés. L'absence de toute velléité d'action de nos partenaires syndicaux ne pouvait pas déboucher sur un mouvement suivi comme à la banque Courtois. Donc, en l’absence d’accord salarial, le patronat, chargeant la barque du "contexte économique défavorable" dont on nous rabâche la formule devenue incantatoire et qui manifeste une incapacité chronique à mener une politique ambitieuse propre à développer les activités et contribuer à la croissance, a adressé une série de mesures unilatérales. 1°) Augmentation collective pour tous : RIEN ! 2°) Bien évidemment sur les mesures individuelles, l'enveloppe des primes de performance baisse de près de 10% à 13 600 000 € et est maintenue pour l'enveloppe des RCA sélectives avec 4 000 000 €. Ce sont en fait les dernières propositions faites lors de la négociation. Dans les faits, les Comités de rémunération de février ont reçu comme consigne d'être plus sélectifs et plus durs. Le pire même c'est sur la prime de performance où l'employeur considère qu'elle baisserait globalement de 5% (à vérifier). Si un salarié réalise la même performance en 2012 qu'en 2011, il aura la même prime moins 5%. S'il réalise une performance supérieure à 2011, il aura le même niveau de prime qu'en 2012 ce qui signifie pour l'employeur qu'il aura une augmentation de + 5% !!! Oui, vous avez bien lu si 100 = 100 c'est que vous êtes augmenté de 5%. C'est lamentable, pitoyable ! 3°) Un budget national de 250 000 € sera consacré (conformément à la loi) à la résorption des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes. 4°) Au delà de ces enveloppes, la Direction Générale a décidé de mettre en œuvre les mesures suivantes : • Le versement en mars d’une prime de 250 € pour les collaborateurs entrés au Crédit du Nord avant le 1er juillet 2012 et dont la RCA est inférieure ou égale à 33 000€. Cette prime sera attribuée sans prorata aux collaborateurs à temps partiel. Les personnels de ménage sous contrat en bénéficieraient mais au prorata de leur temps de travail dans les locaux du CdN. Par contre les alternants en poste en 2012 (peu importe avant ou après le 1er juillet 2012 ne bénéficieront de rien, sauf les alternants en poste avant le 1er juillet et qui seraient embauchés en CDI à la suite de leurs études bénéficieraient des 250€. • Lors des collèges de rémunération, sera réalisé un examen privilégié (donc sans obligation d'aboutir) de la situation : - Des collaboratrices cadres ayant plus de 5 ans d’ancienneté , - Des techniciens des métiers de la banque de 50 ans et plus n’ayant pas perçu d’augmentation individuelle depuis 5 ans mais ayant bénéficié d’une prime pendant cette période. Voilà pour les salaires ! Mais le patronat n'est pas à une duperie près dans sa communication sur cet échec de la négociation. Comme cela ne fait pas vraiment grand chose, ils vont comme d'habitude faire croire que l'intéressement et la participation c'est comme du salaire et que les montants vont augmenter (pas difficile pour la participation). Et puis on ajoutera que le patronat qui va réduire les prestations de la mutuelle obligatoire SMAPRI (dont la CFDT est le seul syndicat à n'avoir pas signé cet accord) et augmenter les cotisations car la gestion est déficitaire. Pour essayer de faire contrepoids, elle va proposer en négociation de porter le montant de la part patronale dans la cotisation de 40% à 50% et de réduire le montant salarial de 60% à 50%. Voilà le tour de passe-passe qui vous est annoncé ! La CFDT ne marche pas dans cette escroquerie salariale !

Category: