Vous trouverez ci dessous les derniers échos du CE Nord - Métropole qui font état de réels gâchis : la fermeture du plateau Banque à distance de Lille, fermeture d'agences et de services caisse... En synthèse , tous les moyens sont bons pour économiser quite à mettre la qualité de service en péril.

Les échos du Comite d'Etablissement Nord- Métropole Janvier 2013 Fermeture de l’agence de Roubaix Leclerc. La Direction consultait les élus du Comité d'etablissement Nord-Métropole (CENM) sur la fermeture programmée de cette agence. La Direction entend profiter du terme du bail commercial pour fermer cette agence suivant les arguments : - Secteur géo économique en baisse - Insécurité du secteur grandissante - Problème de mise en conformité aux normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Cette fermeture est présentée « la mort dans l’âme » par le Directeur de Région. Pour rassurer les élus, il annonce le déplacement de l’agence de Roubaix Fourmies près du Parc Barbieux, et promet une écoute attentive aux besoins des salariés de Roubaix Leclerc. C’est la « mort dans l’âme » que les élus C.F.D.T. ont donné un avis négatif : l’agence compte 5 salariés. 3 d’entre eux seulement verront leur poste déménagé sur l’une et l’autre agences de Roubaix. Quel gâchis ! Passage au service de caisse uniquement le matin La Direction consultait aussi les élus du CENM sur ce sujet pour les agences de : - La Bassée et Annœullin où les élus C.F.D.T. ont donné un avis positif, au vue de l’approbation de l’équipe de l’agence. - Thumeries où les élus C.F.D.T. ont reporté leur avis en attendant d’avoir revu les salariés de l’agence. - Villeneuve d’Ascq où les élus C.F.D.T. donneront leur avis au terme d’un test de 6 mois sollicité auprès de la Direction par le CHSCT, délai accordé. - Tourcoing Grand Place où les élus C.F.D.T. ont donné un avis négatif. Fermeture du service de caisse La Direction avait pour projet de fermer la caisse pour les agences de : - Quesnoy sur Deûle et Marquette, où les élus C.F.D.T. n’ont pu donner un avis, faute de données suffisantes dans le dossier. - Lille Hellemmes, le samedi avec suppression d’un poste de conseiller Particulier, faisant passer le fonds de commerce du conseiller commercial de 480 à 1043 ! Les élus C.F.D.T. ont donné un avis négatif et ont demandé à ce que la Direction renonce à son projet. - Templeuve, avec une fermeture de caisse anticipée de 30 minutes. Les élus C.F.D.T. ont donné un avis positif. - Lille Rihour, où l’ambition est de fermer la caisse entre 13 et 14h. A ce jour, l’équipe est déjà en manque de personnel. Or la Direction va supprimer un poste ! De fait, les élus C.F.D.T. ont donné un avis négatif. CE QU’IL FAUT RETENIR : Tous ces projets tendent à diminuer la masse salariale, 6,6 postes supprimés rien que pour ces agences. La Direction expliquait l’implantation de plus d’automates (distributeurs, monnayeurs, etc…), l’idée d’envoyer chéquiers et Cartes Bancaires par voie postale : Nous nous éloignons de notre modèle de banque, l’emploi est plus que jamais menacé !!! Quel gâchis ! Banque à Distance de Lille : dernier épisode. Après des mois de débats avec la direction et surtout des mois de souffrances pour les salariés de cette entité, la Banque à distance (BAD) ferme ses portes… Consultés par la Direction, les élus C.F.D.T. ont donné un avis négatif : il serait stérile de revenir sur le désastre du management et des conséquences douloureuses pour les salariés. MAIS il ne faut pas oublier que par cette fermeture la région perd encore des emplois et un service qui était un vivier de formation pour le réseau. Quel gâchis ! Désignation de préventeurs des risques professionnels Comme imposé par l’article L.4644-1 du Code du Travail (20/07/2011), les employeurs doivent disposer désormais d’un ou plusieurs salariés pour l’aider dans la prévention des risques. Les mesures prises par le Crédit du Nord sont la désignation d’une personne pour la partie sécurité et de l’organisme PREVENTIS pour la santé. Les modalités d’accès seront une ligne téléphonique accessible dont les interlocuteurs seront la présidente du CHSCT parisien et le médecin du travail parisien. Cette ligne sera disponible pour tout salarié du lundi au vendredi de 09h00 à 19h00. Quid du samedi ??? L’Editique part à la Société Générale. 23 salariés du Crédit du Nord composent cette entité et sont détachés à la Société Générale (SG). La SG a décidé de ne plus recourir aux services éditiques du Crédit du Nord et de centraliser l’activité sur son site de Cap 18, oubliant au passage la spécificité de notre Editique, faisant gagner un montant appréciable de frais de courrier. Cette nouvelle option coûtera 4 à 5 millions d’Euro par an, à régler… à la SG ! De plus, les 23 salariés sont remis à la disposition du Crédit du Nord. Or le crédit du Nord n’ayant plus de services informatiques, que vont devenir ces salariés aux qualifications et aux compétences plus que pointues ? Une fois encore, le Crédit du Nord et surtout ses salariés payent une addition de plus en plus salée ! Quel gâchis ! Cabinet médical à Lille Rihour : suite des mésaventures Comme bon nombre d’entre vous ont pu le constater, notre infirmière n’est plus à son poste. Actuellement en congés, elle ne fera plus partie de l’effectif au 15/02/2013. Notre directeur de région prétend ne pas avoir statué sur le renouvellement de ce poste. Ni sur le devenir du local en lui-même. En revanche, il nous a clairement été dit que désormais les visites médicales pour Lille intra-muros se feraient désormais dans les locaux de Pôle Santé Travail. Alors que les salariés de Rihour et des environs bénéficiaient d’un suivi de la médecine du travail de pointe, avec un réel soutien notamment en terme de risques psycho-sociaux, d’ergonomie, de souffrances au travail, désormais, nous n’auront plus qu’un service médiocre. Une manière peu déguisée de nous amener pour 2014 à une adhésion au fameux SSTIB – dont ne l’oublions pas, le directeur n’est nul autre que notre ex-directeur des Ressources Humaines dédié au réseau Nord Métropole, et détaché auprès de SSTIB par le Crédit du Nord… à quel prix ! Quel gâchis !