"Contre-pouvoir" n°18

 

La vie de la région et de l'entreprise... Décodé !

Agences conseil : 6 de plus

  • Poissy, caisse 2 matinées sur 5, sans changement (effectif ou métiers).
  • Lagny, caisse 2 matinées sur 5, sans changement. (effectif ou métiers)
  • Champigny/Marne, caisse tous les matins, sans changement (effectif ou métiers).
  • Montigny le Bretonneux, caisse/3matinées, le poste CC devient C privé, le priv/pro devient pro.
  • Garenne Colombes, sans caisse avec suppression du poste de CC.
  • Clamart, caisse 2 matinées sur 5, le poste CC supprimé, le poste priv/pro devient pro.

Nos craintes :

  • voir se développer le métier de Conseiller privé à 2 vitesses selon les agences, sans garantie de voir les rémunérations suivre ...
  • suppression des CC de ces agences lors de la mise en place des projets, une étape intermédiaire eut été préférable pour accompagner ces changements.

Notre constat :

  • L’organisation de l’accueil n’est toujours pas adaptée, c’est pourtant le point noir dans la mise en place de ce type d’agences depuis  sa création.
  • Les postes vacants ont été nombreux sur la DRIF (il en reste encore trop !), la Direction met en place des projets sans stabiliser les effectifs au préalable.

La DRIF va encore trop vite. Vos conditions de travail sont en jeu, votre satisfaction et celle de nos clients aussi !

Les élu-e-s CFDT ont demandé à la direction de s’emparer des conditions de travail en amont de la mise en place de la transformation du réseau. Nous avons été à moitié entendus. Notre suivi et nos futures actions sont aujourd’hui, le seul garant de l’amélioration de la qualité de vie dans le réseau. Mais n’insultons pas l’avenir, à force de pugnacité de vos élu-e-s, la communication de l’entreprise se traduira un jour par des faits.

 

« Le CdN parmi les meilleurs employeurs francais… » la vérité si je mens !

7ème position certes, mais sur 24, c’est déjà plus réducteur. Quand on sait que ce classement ne concerne que les établissements « Banques et services financiers », encore plus réducteur ! Devant ? Crédit Agricole (3), BNP (4), Banque populaire (5) et Crédit Mutuel (6) et juste derrière nous ? La Banque Postale !

                                                                                          Pas de quoi fanfaronner, non ?

 

Immeuble Anjou : attention danger !

Un grand échafaudage restreint l’accès à l’immeuble mais surtout risquerait de gêner grandement l’évacuation en cas d’incendie. Vos Élu-e-s au Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail (CHSCT) sont intervenus auprès de la direction pour signaler ce risque. La réponse apportée par la direction à ce stade de nos échanges ne se réfère qu’à la bonne conformité de l’échafaudage et des rapports liés à son installation.

 

Anjou, Haussmann, Caumartin : la chasse aux m² continue

Au fil des projets présentés, les salarié-e-s se retrouvent « entassé-e-s » dans des opens-space bruyants, où il devient de plus en plus difficile de se concentrer, quand il ne faut pas enjamber un bureau pour ranger un dossier dans une armoire...

En résumé, la direction parle sans cesse du « Pacte social ». Cela passe par des conditions de travail acceptables, la sécurité du lieu de travail, la maitrise de la tension au travail, une reconnaissance (financière entre autre), mais également des m² suffisants...

A bon entendeur !

 

Panorama du dispositif DRIF 2017

Le monde bancaire évolue, le Cdn doit s’adapter, nous en sommes conscients.

Cependant, ces évolutions ne doivent pas :

  • être source de tension pour les salarié-e-s,
  • se faire au détriment des conditions de travail,
  • remettre en cause notre modèle de banque de détail.

La CFDT a listé un certain nombre de remarques adressées directement à la DRIF sur l’évolution de son dispositif global 2017 :

Le transfert des clients Vivier/Grand Public vers une autre agence crée un manque de visibilité sur la taille des futurs portefeuilles donc sur la future charge de travail des conseillers impactés,(avec en cours d’année des objectifs revu à la hausse ou à la baisse en fonction des portefeuilles cibles).

Cette option risque de développer des agences à 2 niveaux de clientèle, donc de prestations. Cela engendre un flou sur les conséquences Rh et commerciales. Ce n’est pas acceptable pour nous.

Ce dispositif entraine la suppression de 17 postes de CC. Après la forte diminution du nombre d’ACR (encore 7 de moins via ce projet), la CFDT déplore cette décision. Même si quelques postes d’ACR pro seront crées.

Dans certaines agences, le Cprivée devra tenir la caisse deux à trois matinées par semaine et assurer l’accueil les autres matinées. Selon nous, il pourrait y avoir une « dévalorisation » de ce métier dans ce concept d’agences conseil.

De fait, selon l’agence d’affectation, cet intitulé métier ne voudra pas dire la même chose. Il y aura des CPrivés équivalents à des CC. Même si le fait de passer de CC à CPrivé est valorisant sur le papier, le parcours professionnel risque de décevoir sur le long terme.

Même si l’impact en nombre de postes est quasi nul sur la DRIF, il y a une vraie disparité selon les « écosystèmes ».

De plus, cela concerne bien souvent des sites où il y a eu des postes vacants depuis trop longtemps. Ces salarié-e-s devront donc gérer les changements après avoir subi une période de sous effectif, période pénible et stressante

Nous demandons à la direction une grande vigilance et d’opérer les changements en douceur, de stabiliser les équipes avant mise en place du projet. Il est impératif de garantir des conditions de travail acceptables pour les salarié-e-s.

Les suppressions de caisses, non remplacées à minima par un ABV voire par des espaces commerçants, ne font que déplacer les flux espèces ; cela peut provoquer une dégradation des prestations clients et des conditions de travail dans les agences d’accueil. Les salarié-e-s se verront dans l’impossibilité de répondre à certaines demandes et devront gérer ainsi de l’insatisfaction et les réclamations clients.

Sans les repenser, ces dispositifs contribueront à créer de la tension au travail !

 

Conséquence directe du dispositif DRIF 2017 : la BAD News !

L’ensemble de ce projet ne permet pas d’appréhender les impacts en nombre d’appels entrants supplémentaires pour les salarié-e-s de la BAD. Rappelons qu’actuellement cette direction est loin d’être à l’effectif prévu. Comment le flux d’appels supplémentaires va t’il être pris en charge dans les conditions actuelles ?

La CFDT va continuer à avoir une vigilance toute particulière pour cette entité.

 

                                                                                                Une question ? Une demande de précision ?
                                                                                                                      Contactez nous !