L'arnaque...

 

Alertée par plusieurs dizaines de salariés à qui la direction a vendu du rêve à l’embauche : « vous aurez 140 € d’indemnités de crèche dans la limite des frais engagés », la CFDT s’est insurgée à de multiples reprises sur le prorata effectué. En effet, si vous travaillez du mardi au samedi midi et que vous n'avez pas de crèche le samedi, vous toucherez seulement 112€ (4/5ème)… Et encore mieux si vous trouvez une tierce personne qui peut garder votre enfant 2 jours par semaine à titre gracieux (même si vous travaillez du lundi au vendredi), vous n'aurez que 84€.

Or, l'URSSAF indique que le plafond annuel (pour être exonéré de cotisations de Sécurité Sociale et de CSG-CRDS) est de 1830€ (152.50€ par mois) dans la limite des coûts effectivement supportés par les bénéficiares.

Pourtant, la direction s'arc-boute à vouloir raisonner en jours de crèche ou de garde. Comme d'habitude, elle ne voit là que la théorie (si je mets mon enfant 4 jours à la crèche, j'ai 4/5ème, si je le mets 3 jours, j'ai 3/5ème, etc.) Mais dans la pratique, qui échappe une fois de plus à notre chère direction, il en est bien autrement puisque l'amplitude horaire est forcément supérieure quand on travaille du mardi au samedi midi. Un exemple pratico pratique (on va essayer de faire simple pour que la direction comprenne):

                    - lundi au vendredi = 39h soit 7h48 en moyenne jour.

                    - mardi au samedi midi = 37h30 (moins environ 3h30 le samedi) soit 8h30 par jour.

 

Et comme les crèches sont facturées à l'heure, on peut considérer qu'un salarié du mardi au samedi midi paie plus cher sa crèche chaque jour (en tout cas 4 jours par semaine puisque le samedi, il doit, la plupart du temps, se débrouiller autrement).

Après cette brillante démonstration, il convient de constater que l'instruction Biblioged est aussi claire que la règle URSSAF : 140€ par mois dans la limite des frais engagés donc, in fine, si vous payez plus de 140€, une indemnité de 140€ devrait vous être versée et ce, peu importe votre rythme de travail et le nombre de jours où votre enfant va à la crèche (ou à la garderie pour les indemnités de garde).

Raisonnons en monnaie sonnante et trébuchante, le prorata fait perdre 28€ par mois pour un enfant ce qui correspond à 336€/an et nous avons des salariés pour qui c'est le double, le triple...

A l'heure ou nous rédigeons ce tract, la direction nous indique, dans l'accueil du poste de travail, que grâce à Yoopies, on peut faire garder son chien pendant les vacances : tant mieux pour celles et ceux qui en profiteront... Mais l'essentiel n'est il pas d'aider les salariés à faire garder leur(s) enfant(s) pendant les heures de travail ? Où est la conciliation vie familiale / vie professionnelle prônée par la direction ?

 

Pacte social par ci, pacte social par là... Qualité de Vie au Travail... Encore de la théorie ?

 

Vous l’avez remarqué, les effets de com’ sur ces sujets ne manquent pas de la part de la direction… mais les économies passent, hélas, en premier.

Le titre de champion du monde de la pingrerie doit être en jeu et notre entreprise une des favorites de la compétition !

Cependant, la CFDT continuera de se battre sur ce sujet en activant toutes les actions possibles pour que la justice soit rétablie.

 

Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

 

 

 

Category: