La C.F.D.T. tente le coup !

 

Le Crédit du Nord, officiellement pour articuler qualité de vie et efficacité, souhaite
expérimenter le télétravail
. Sur le principe et devant l’appétence d’une partie des équipes
concernées, la C.F.D.T. ne s’oppose pas au télétravail, bien au contraire lorsque celui-ci
est assorti de garde-fous et de compensations. Le projet de test est loin d’être parfait.
Cependant, nous faisons le pari, à la C.F.D.T., que les salariés expérimentant cette nouvelle
forme de travail nous apporteront les éléments permettant, soit de passer à une généralisation
dans le cadre d’un accord plus positif, soit d’y mettre fin.

 

Que retenir de l’expérimentation ?

50 à 100 salariés (les agences ne sont pas concernées) principalement dans les immeubles
parisiens (2 à 5 salariés dans chaque autre Région) pourront se porter volontaires sur proposition
de leur hiérarchie – la C.F.D.T. privilégiera le volontariat pur en cas de mise en place définitive,

- Les Techniciens, Cadres intégrés ou Cadres autonomes sont concernés par cet accord. Un
avenant au contrat de travail sera signé par le salarié volontaire comprenant la possibilité
d’abandonner le télétravail après un court préavis,

- Il est convenu que le rythme de télétravail soit exclusivement d’une journée complète, soit
chaque semaine, soit toutes les 2 semaines
, principalement au domicile du salarié avec aussi
la possibilité de travailler dans une agence proche du domicile,

- Les horaires de travail restent identiques à ceux pratiqués actuellement – la C.F.D.T. souhaite
plus de souplesse*
avec la possibilité pour les salarié-e-s de s’organiser différemment tout
en s’assurant que le temps de travail réel n’augmente pas
. Par exemple  une plage entre 8 h 00
et 18 h 00 durant laquelle l’articulation du temps de travail est à la main du salarié,

- Le matériel utilisé sera celui du salarié (ordinateur, box…) – la C.F.D.T. demande la remise
de
matériels professionnels par le CdN* (problème technique ponctuel d’après la Direction !!!),

- Le coût du travail à domicile (éclairage, chauffage…) reste à la charge du salarié – la C.F.D.T. demande
la prise en charge d’un dédommagement par la Direction*

- Les salariés en contrat d’apprentissage, en contrat de professionnalisation et les stagiaires
sont expressément exclus du télétravail, dans un souci évident de formation, d’intégration à la
communauté de travail et d’assimilation des valeurs du groupe,

 

L’accord signé sera valable pour une durée de 18 mois maximum. Plusieurs de nos demandes ont
été refusées par une direction qui ne s’encombre pas trop de ses obligations « morales » voire légales
(interprétation a minima de l’article L1222-10 du Code du travail) au point que d’aucuns se demandent
si elle souhaite vraiment aller au-delà de l’expérimentation proposée aujourd’hui…
Un message clair sur les frais et le matériel eut été plus lisible !

Compte tenu de l’appétence de nombre de salarié-e-s pour cette forme de travail
dont le 1er avantage
est déjà de limiter le temps passé dans les trajets,
la C.F.D.T. a souhaité être acteur de l’expérimentation en signant cet accord tout en émettant des
réserves sur les points* à améliorer.

 

*Si ces points ne sont pas améliorés en cas de généralisation,
la C.F.D.T ne signera pas un accord déséquilibré !!

Category: