SCR, emploi,  stress...

 

 

Le Service Client Régional en quelques mots :

 

Ce projet de fusion du Pôle Service Bancaire de Douai et du Pôle Crédits Arras en Service Client Régional (SCR)

est guidé par l’anticipation des départs à la retraite et l’amélioration de la satisfaction

clientèle, entrainant de facto une exigence accrue de notre qualité de services, avec un

effectif réduit ! Les élus CFDT ont alerté la direction quant aux « Risques Psycho

Sociaux » qui pourraient en découler.

En effet, 2 expertises réalisées par 2 cabinets différents à plus de 2 ans d’intervalle montrent

déjà un sous calibrage des effectifs au sein de l’actuel Pôle Crédits. L’expertise concernant

le futur SCR démontre également le sous calibrage des effectifs prévisionnels !

La seule variable d’ajustement de la direction reste des emplois précaires (CDD, Intérims).

Par ailleurs, elle s’est engagée à examiner l’effectif budgétaire prévisionnel une fois

le SCR mis en place.

 

L’activité sera organisée en 3 grands domaines :

  • Les crédits particuliers
  • Les crédits professionnels
  • La gestion des comptes professionnels (ouverture, clôture de comptes et contrats, gestion des flux, crédits court terme.

 

Ce qui change !

 

L’introduction de la relation clients. En effet, il sera demandé aux salariés

du SCR d’avoir un contact direct avec la clientèle de particuliers (par exemple :

un document manquant sur un dossier de crédit à l'habitat…). A ce stade du projet, vos élus

CFDT sont inquiets quant au schéma de la relation clients, qui n’est pas encore

défini à ce jour, et au futur mode de relations clients envisagé par nos dirigeants. 

Par ailleurs, la direction a confirmé qu’il n’y aurait pas d’objectifs commerciaux

pour ce nouveau service.  

 

De plus, la direction voulait profiter du projet pour supprimer purement et simplement

les Horaires Variables (HOV), actuellement en vigueur au sein du PSB et du Pôle Crédit.

Or, l’expert a mis en avant que le système des horaires variables permettait justement

de réguler naturellement la présence des collègues sur une amplitude horaire plus

large par rapport à un horaire de travail fixe.  

Suite à l’intervention de votre CHSCT, la direction a accepté que les salariés du futur

SCR bénéficient d’un horaire personnalisé, mais qui reste moins souple que l’Horaire

Variable.

 

Par ailleurs, pour les collègues des pôles actuels, la direction a rappelé qu’il n’y aurait

aucune mobilité forcée, et que chaque cas serait abordé individuellement, en fonction

des souhaits et des compétences de chacun.

 

Enfin, sachez que la Direction Nationale a refusé d’intégrer dans l’expertise l’impact

du SCR et de la digitalisation sur la charge de travail qui sera répercutée dans vos agences !

Quoiqu’il en soit, vos élus CFDT seront vigilants sur tous ces points. Ils sont à votre

écoute et votre entière disposition pour toutes questions ou inquiétudes relatives à

ce sujet. La CFDT n’émet aucune opposition de principe à un projet de transformation

nécessaire pour la bonne marche de l’entreprise dès lors que l’emploi et les intérêts

légitimes des salariés sont préservés.

 

 

Qu’en est-il de nos services de caisse dans notre région ?

Après la fermeture de caisse définitive de l’agence de Bourbourg, Arras Schuman et

Calais Nord, deux agences supplémentaires vont voir leur caisse fermer définitivement

(l’agence  de Boulogne Vieille Ville et Anzin) pour devenir des agences conseils.

Ces agences seront dotées d’un dépôt libre service (dépôt des verdis pour le marché

des professionnels avec remise d’un ticket au client) et d’un horodateur chèque.

 

Les agences d’Etaples, le Touquet, Le Quesnoy, Bully Les Mines, Billy Montigny, Doullens,

Fruges, Cassel, Watten, Isbergues et Villers Outreaux, verront leur caisse fermer partiellement.

Quel est le principe ? Ces projets  consistent à ne fermer qu’une voire deux matinées par

semaine le service de caisse. La direction met en avant que le nombre moyen d’opérations 

est en diminution et cela permet au conseiller de clientèle 50/50 de renforcer son temps commercial.

 

Nous sommes conscients que l’entreprise  doit s’adapter à l’environnement (contraintes réglementaires

, exigence très forte des clients et prospects) pour continuer d’exister. Cependant le Crédit du Nord

doit mettre les moyens nécessaires pour faciliter le travail quotidien des salariés et ne pas

mettre leur santé en danger. Or, nous constatons sur le terrain vos réelles difficultés et vos élus CFDT

mettent tout en œuvre pour vous aider à les régler.

 

Attention aux Risques Psychosociaux !

 

Le médecin du travail Parisien du Crédit Du Nord a détaillé dans son rapport annuel les stades de

perturbations sur l’équilibre psychique et physique qui obéissent invariablement aux trois stades suivants :

 

1- début par une tension au travail :

angoisse, trouble du sommeil, nervosisme, pensées accaparées par

son activité, craintes de l’erreur, conséquence sur la vie familiale et sociale, impossibilité de se détendre…

C’est ce qu’on appelle autrement le « stress au travail »

 

Un certain nombre de salariés passeront malheureusement à l’étape suivante.

 

2- état de souffrance au travail :

nuits agitées, réveils intempestifs, pleurs incontrôlables, difficultés à se concentrer,

troubles de la mémoire, erreurs dans le travail, incapacité à remplir une tâche correctement

ou jusqu’à son achèvement, perte de confiance en soi, jusqu’au stade où survient

l’impossibilité de travailler et même de venir sur son lieu de travail - en réalité,

nous sommes ici dans le cas d’un vrai état dépressif qui va nécessiter une prise en charge

avec arrêt de travail et soins. La reprise ne pourra alors se faire que dans un autre poste

de travail quel qu’en soit la cause (suite à conflit interindividuel ou à conditions de travail

ressenties comme insupportables).

 

3- Enfin, pour un petit nombre de cas décrits précédemment, c’est le BURN-OUT :

 c’est-à-dire une souffrance au travail poussée à son paroxysme, le risque étant le passage à l’acte…

comme cela a pu se produire dans certaines autres entreprises.

 

C’est une urgence absolue !

REMARQUE :

-Ce qu’il faut bien intégrer c’est La spécificité des réactions individuelles : à poste équivalent, dans le même service,

avec la même hiérarchie et la même charge de travail, certains absorberont sans difficulté ces situations de tension

au travail tandis que d’autres les percevront très différemment et sombreront dans un état de réelle souffrance

au travail.

La perception et le ressenti de chacun vient donc compliquer une situation de tension au travail que certains

pourront supporter et que d’autres ne pourront que décompenser.

 

Ce descriptif peut vous permettre de vous situer et de mettre des mots sur votre mal-être.

Nous insistons sur cette situation pour que vous ne restiez pas seuls face à un(e) collègue en souffrance

ou vous-même si vous sentez que vous ne tenez plus : contactez nous.