Dans ce papier, l'équipe CFDT d'Ile de France résume l'actualité sociale du moment et met en perspective l'absence de réelle politique salariale collective au Crédit du Nord qui par ricoché subit, peut-être, les affres de la Société Générale.

NAO Salaires : Négociations Achevées Outrageusement … 

La CFDT (manifestations de militants à Haussmann et à Lille Rihour) portée par les salarié-e-s (plus de 800 signatures sur notre pétition) a pesé autant que faire ce peut sur les négociations. Un grand merci pour votre soutien. Le fait de passer la prime, initialement prévue de 270€ pour les salaires < 35000€, à 450€ pour tous est évidement une avancée significative. Pour autant, et cela a fait l’objet d’une communication nationale spécifique courant janvier, la CFDT organisation majoritaire n’a pu accepter de signer cet accord. Cela fait 3 années de suite qu’il n’y a d’augmentation collective des salaires alors que les résultats du CdN sont très bons. Qu’aurons-nous à espérer si les résultats baissaient à l’avenir ?? Rien, nada, walou !!!

 

UMAA : Unité Modérément Active d’Assistance (par manque d’effectif)

5 postes à pouvoir sur 11 prévus | Nous en avons la confirmation ! Les moyens du réseau pour palier les absences de salarié-e-s programmées ou non, sont aujourd’hui le recours à l’intérim, l’appel à des salarié-e-s en contrat à durée déterminée (CDD) ou à l’équipe de l’UMAA, sans compter sur les alternants qui servent malheureusement parfois de variable d’ajustement, cela pouvant pénaliser leurs études, sans compter d’éventuels risques opérationnels... Pour cette unité, le besoin pour la DRIF est estimé à 11 postes, ce qui est, à nos yeux, un minimum pour un périmètre comme la DRIF et ses 130 agences. Or, l’effectif actuel est à ce jour de… 6 personnes ! …avec un recrutement en cours de… 2 personnes. Nous sommes loin du compte ! Inutile de vous faire un dessin, certaines agences connaissent des périodes compliquées liées à l’absence de personnels, aspect souvent oublié dans les EPDI, avec des résultats et des baromètres de satisfaction injustement jugés insuffisants. Ce phénomène est bien entendu plus prégnant lorsque l’on s’éloigne de Paris intra muros !

Et la solidarité intra groupe me direz-vous ? Et bien elle devient elle aussi de plus en plus difficile à mettre en œuvre avec l’optimisation implacable des effectifs de la DRIF et la suppression ici d’un ASC, là d’un Conseiller Commercial… Il n’existe aujourd’hui quasiment plus aucune marge de manœuvre pour « dépanner » une agence en insuffisance d’effectifs, soit parce qu’il s’agit de commerciaux ou de managers, la Direction n’a toujours pas, à ce jour, mis en place de solutions pour répondre à l’absence de ces populations ; soit parce que le délai de prévenance ne permet pas de palier l’absence au pied levé et dans ces cas là, ou que la situation n’est pas « jugée » prioritaire. Dans ces cas, bien souvent, le remplacement est long, très long !

La CFDT dénonce cet état de fait, regrette que la Direction des ressources humaines ne cherche pas de solutions adaptées à cette problématique qui, au delà des difficultés rencontrées au quotidien par les équipes, fragilisent le personnel tant mentalement que physiquement.

Nous demandons que le CdN apporte des réponses concrètes à ces dysfonctionnements, renforce l’UMAA et apporte une réelle reconnaissance financière pour ces métiers de CC, ASC qui sont en première ligne de la satisfaction clients. 

 

Entrée/Sorties - CDD – Intérim & heures supplémentaires 

 Sur la période étudiée (juillet à novembre 2013), il y a eu en Ile-de France (Réseaux et Direction fonctionnelles) 58 embauches en CDI et 27 en CDD, contre 67 et 15 sur le même période en 2012. Les recrutements CDI sont donc en baisse sensible et la précarité se développe dans notre entreprise. La DRIF et la Banque à distance sont historiquement les directions les plus recruteuses, notons cependant qu’à ce jour, la BAD a un besoin de recrutement de 5 téléconseillers.

Au vu du nombre (trop) important d’embauches en CDD, la CFDT, souhaite l’ouverture de négociations sur les modalités de transformations de contrats CDD en CDI. Les statistiques de déclaration des heures supplémentaires montrent une progression par rapport à la même période l’an passé : 2071,16 H à fin novembre 2013 pour la DRIF, contre 1851,63h en 2012 (hors SIOP). Même si nous sommes encore très loin de la réalité, la DRH nous informe qu’un rappel de la procédure a été effectué par la mise en ligne sur RH net de la procédure de déclaration. Aussi nous vous invitons bien évidemment à la consulter et l’utiliser, n’hésitez pas à (re)lire notre tract « heures supplémentaires » www.creditdunord-cfdt.org/spip/spip.php?article977

 

Salaires, vogue la galère… Y’a rien à faire ?! Mais pourquoi donc ? 

Les petits détails qui expliquent les changements de politique salariale Bruxelles 04-12-2013, la sanction tombe : les banques incriminées doivent toutes payer dans le cadre du dénouement d’une enquête sur un cartel d’entente de manipulation des indices sur LIBOR et l’ EURIBOR.

A l’issue de ces investigations, les protagonistes sont condamnés à une amende de 1.7 milliards d’euros, infligée par la Commission financière et répartie sur 6 banques. Quote-part de la Société Générale : 446 millions d’euros Cette fois, le trader Jérôme K n’est pas impliqué.

Autrement dit, en faisant le parallèle avec le langage judiciaire, la Société Générale n’est-elle pas, quelque part, condamnée pour « escroquerie en bande organisée » ?! Pas de chance ! La stratégie du « Pas vu, pas pris » échoue (encore…) ! Nos dirigeants (Groupe SG) sont pris « la main dans le sac » et pour éviter une procédure pénale, la peur au ventre, ils acceptent une transaction à l’amiable, qui se traduit par le règlement cash de la note, et ce, probablement par crainte de devoir rendre des comptes à la justice et d’en subir les conséquences.

De quoi s’agit –il ?

 Après une enquête menée depuis 2011, cette manipulation s’est faite sur les produits financiers (SWAPS, DEVISES ET MONETAIRES) qui sont utilisés par les banques et les entreprises pour gérer les risques de fluctuation des taux d’intérêt entre autres. Les conclusions de l’enquête instruite par la Commission financière européenne démontre que les traders et les banques incriminés s’entendaient pour fausser l’évolution de ces taux à la hausse comme à la baisse de façon à maximiser leurs profits sur les produits dérivés et au passage… …AUGMENTER LEUR BONUS ?!

Selon le Commissaire chargé de l’affaire, Joaquim Almunia, il faut, dit-il : « être sûr que les institutions financières travaillent pour l’économie réelle et non dans l’intérêt de quelques uns ». Espèce de « gauchiste » va !

Soyons tous rassurés, ça passe comme une lettre à la poste ! Nos dirigeants sont de grands, très grands professionnels -de la communication. Ils avaient prévu cette douloureuse épreuve en provisionnant dès septembre 2013 la somme de 700 millions d’euros. De quoi se plaint-on ? 700-446= 254 millions… de gains. Ils sont forts nos « énarques » ! N’est-elle pas plus belle la vie quand on sait la prendre du bon coté ?

Maintenant, nous avons tous compris l’une des raisons cachées « du pas grand chose 2014 » ! Après 2012 et 2013.

En effet, à lire les vœux de « nos » Président et Directeur Général, une augmentation de salaire collective est impossible puisque « Nous vous adressons toutes nos félicitations pour les réalisations remarquables de l’exercice 2013 et sommes impatients de construire avec vous le futur du groupe Crédit du Nord ». Nous aussi nous sommes impatients d’avoir le fruit de notre travail, individuellement certes, mais aussi collectivement. La persévérance des équipes ça se mérite aussi par un partage équilibré des réussites économiques. Sinon…

Flash spécial : selon les Echos du 6 février 2014, la Société Générale vient d’être mise en cause, avec une douzaine de banques, par la justice américaine pour manipulation de change…