Fusion DRIF-DRE, l’arlésienne devient réalité !

 

Depuis quasiment la création de la DRE, les rumeurs de fusion des deux régions (non pas géographique mais par marché : particuliers et professionnels pour la DRIF ; entreprises pour la DRE) nous revenaient aux oreilles quasiment tous les ans. Les mauvaises langues disaient qu’il s’agissait plus de lutte d’egos qu’autre chose. En tout cas, cette fois-ci, c’est la bonne.

Certes la communication de l’employeur laisse entendre que seule une réflexion est lancée ; mais il faut lire la décision est prise : c’est la grande fusion DRIF-DRE !

L’annoncer avant de mettre sur la table le dossier est le meilleur moyen de mettre une bonne partie des équipes régionales en stress. Ce mode opératoire n’est pas vraiment imprégné de « Qualité de vie au travail » …

Sans compter que l’entreprise est probablement en entrave vis-à-vis des prérogatives des Instances représentatives du personnel, mais c’est un autre sujet…

Nous continuons donc la frénésie de projets organisationnels comme si la fusion des régions du nord, les projets d’adaptation du réseau, les projets Indigo, filière finance, la redéfinition des tâches des GCE, etc. étaient digérés.

C’est la « course à l’échalote », d’autant que nous avons dans les tuyaux un autre projet concernant une Direction de siège.

 

La CFDT insiste sur les conditions de travail dégradées, plus de la moitié des salarié-e-s déclare avoir des symptômes liés au stress excessif dans l’exercice de leur métier.* C’est énorme !!! ​ L’entreprise doit être garante de notre santé. Les plans d’actions de préventions des risques psycho-sociaux sont au point mort ! Mais on en rajoute encore et encore !!

*source : résultat du questionnaire paritaire sur la QVT.

 

LE PROJET DE FUSION

Concrètement, nous ne savons rien de plus que la communication institutionnelle du 28 février. A savoir : la création d’une grande région trois marchés en lieu et place des deux actuelles avec les grands comptes (Haussmann grandes entreprises et grands institutionnels) qui resteront autonomes.

Oui, pour les anciens, c’est un éternel recommencement !

Cependant, en tirant les leçons des fusions de régions passées, les risques de suppressions de postes sont principalement sur les fonctions supports des plateaux régionaux (risques, contentieux, pilotage, DLO, RH, spécialistes métiers…).

La DRIF et la DRE s’adressant à des typologies de clientèle différentes, espérons que les impacts en matière de suppressions d’emplois seront limités.

 

En d’autres termes, PAS D’EXCES DE ZELE, Monsieur le Directeur régional !

 

Par ailleurs, il est indispensable :

- d’associer aux réflexions et à la mise en place du projet toutes les équipes qui seront impactées par celui-ci ;

- que les conséquences de cette fusion sur les conditions de travail soient au coeur des réflexions.

 

Dans le cas contraire, les engagements de la Direction générale inscrits dans l’accord « Qualité de vie au travail » ne seraient pas respectés…

 

UN ACCORD PROTECTEUR… OU PAS D’ACCORD DU TOUT ?

Il est fort probable que ce projet soit encadré par l’accord dit « relatif à la gestion et à l’accompagnement des projets de transformation majeure de l’entreprise ».

Au-delà d’un parcours de consultations encadré, cet accord, historiquement porté par la CFDT, sécurise l’accompagnement social des salariés concernés :

Engagement à ne procéder à aucun licenciement économique

Engagement de proposition de poste dans la zone de mobilité

Etude spécifique pour les salariés souhaitant partir à la retraite dans les 18 mois

Droit de refuser une affectation de reconversion

Droit à l’échec dans le nouveau métier avec obligation de repositionnement

Cet accord est largement plus protecteur que le Code du travail.

Nous attendons la confirmation qu’il s’appliquera dans le cadre de cette fusion.

 

 

A ce stade, il est difficile de commenter davantage ce projet faute de vision détaillée.

Espérons que celui-ci ne remettra pas en cause le binôme GCE-Chargé d’affaires, ne réduira pas la fluidité des prises de décisions risques, commerciales ; ne se traduira pas par de nouveaux sous-effectifs chroniques…

Bref, que les moyens de réaliser nos missions auprès de la clientèle seront maintenus. Et soyons fous rêvons, même améliorer avec des effectifs et des outils adaptés…

Par ailleurs, les passerelles DRIF-DRE ne sont pas toujours aisées. Ce problème sera réglé de fait.

 

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez échanger plus en détail au sujet de cette future fusion, de ses impacts probables au quotidien, de vos droits…. Il est indispensable que nous puissions relayer vos points de vue et vos inquiétudes !